se connecter
creer un compte
mot de passe oublié

Utiliser un GPS

Lorsque l'on commence à randonner de manière régulière, on constate très rapidement que l'exercice d'orientation est un paramètre incontournable . C'est précisément ce paramètre qui donne un petit caractère aventureux à la randonnée. L'intérêt de l'orientation comme la maîtrise de la météo ou de l'altimètre sont intéressants car ils complètent l'activité physique d'une fonction de recherche et d'étude. Ouf ! Nous ne mourrons pas totalement idiots. ATTENTION. Pour utiliser un GPS, il faut savoir se servir d'une carte et d'une boussole ; et, si on utilise déjà correctement ces deux outils, on a bien peu de chance de se perdre . Un altimètre peut complèter parfaitement le dispositif .

Alors faut-il faire l'investissement d'un GPS ? Y a-t-il une plus value significative pour un randonneur ? GPS c'est quoi On va le traduire par GLOBAL POSITIONIG SYSTEM. Cet outil, qui fut révolutionnaire à sa mise en place, à été crée par le ministère de la défense des Etat-Unis. Le programme s'appelle désormais NAVSTAR GPS, qui signifie en gros « système de positionnement global utilisant le temps » Ce système permet de connaître de manière 'assez' précise sa position, en l'absence d'autres repères. Il faut savoir que la France possèdera bientôt sa propre constellation de satellites de positionnement : le système GALILEO Comment cela fonctionne-t-il et qu'est ce que cela peut apporter au randonneur? Le système GPS est composé d'un ensemble de 24 satellites dont 21 actifs répartis sur des plans orbitaux tels qu'ils couvrent en permanence la totalité de la surface de la terre. Ou que nous nous trouvions, 5 à 8 satellites nous apercoivent, sans tenir compte des difficultés de terrains qui peuvent éventuellemnt en cacher un ou plusieurs. Il faut capter six satellites pour avoir une mesure fiable . Tous ces satellites possèdent des horloges atomiques internes qui sont synchronisées en permanence à 1 millionième de seconde près.

Alors que se passe-t-il avec notre GPS portable ? Lorsque l'on effectue une mesure,on envoie un signal à chaque satellite -aperçu', qui donne en retour l'information suivante : Je suis le satellite -machin-, ma position est "xxx""yyy" et il est telle heure au millionième de seconde près .

Exercice : Sachant que les signaux radios se déplacent à 300000 km par seconde et que 5 à 8 Satellites dont vous connaissez la position vous donnent cette information, ou êtes vous ?? !!!. Vous faites le calcul et le tour est joué ! Ce n'est pas un problème de CM2 mais ne vous inquiétez pas, votre petite machine le réalisera pour vous.

Sachez tout de même que si le GPS permet en théorie un positionnement à un mètre près, les gestionnaires US du sytème faussent délibérément l'horloge d'un satellite afin d'induire une erreur pour une précision de l'ordre de la dizaine de mètres afin d'interdire l'usage militaire du système .

Il faut également savoir que l'on peut intégrer la cartographie à certains systèmes et préparer un itinéraire avec son micro ordinateur afin de le transférer sur son GPS . Toutefois le coût des CD est tout à fait dissuasif .

Quelques éléments relatifs aux systèmes de cartographie Connaître sa position, c'est bien ; encore faut- il savoir la reporter sur une carte.

Il y a de nombreuses manières de rédiger des cartes : en reportant la sphère aplatie de la terre sur un cylindre par exemple, (encore ce cylindre peut il être positionné de différentes manières) ou en reportant la sphère sur un tronc de cône, ce qui était le cas pour la France. Il y a donc plusieurs types de donnée cartographiques, dont les coordonnées géodésiques NTF pour la France.

Naturellement, nous sommes randonneurs et les données les plus précises dont nous disposons, sont les cartes IGN au 25000 ème. Désormais ces cartes comportent également les données WGS84 (world geodetic system 1984) Vous pourrez donc initialiser votre GPS sur ce type de données et vous lirez votre positionnement sur le quadrillage UTM-WGS84 de la carte au 25000ème

L'intérêt du GPS en montagne Vous partez toujours avec votre carte au 25000ème ! Vous avez toujours votre boussole dans votre poche Vous connaissez déjà l'itinéraire ou vous avez emporté votre topo guide. Vous avez aussi votre altimètre Avant de décider d'investir dans un GPS, demandez vous d'abord si vous maîtrisez parfaitement l'usage des outils précédents car, bien utilisés, ils possèdent déjà une bonne puissance d'orientation.

Alors quelles furent pour vous les situations les plus difficiles ? la difficulté la plus aiguë provient certainement du brouillard et de la brume ; br> on peut ne pas avoir eu le temps de trouver un repère orienté ; ou être hésitant sur sa position initiale à l'instant ou cela vous arrive.

Bien-sûr il est possible de s'égarer . Mais lorsque vous partez vous savez : 1) S'il faudra traverser des longs passages hors sentiers ! 2) Que la météo est incertaine 3) Que vous ne connaissez pas très bien le terrain et ses repères Alors certainement, vous avancerez en vérifiant en permanence votre position sur la carte et en regardant le ciel afin de voir comment il évolue .

Ceci dit, le randonneur doit se diriger "SANS DROIT A L'ERREUR" . On ne part pas en se disant si je me perd, j'appelle le secours en montagne . On part en étant certain de ne pas se perdre . Il y a suffisamment de dangers potentiels pour ne pas en rajouter !

Concernant la randonnée en France, compte tenu de l'excellence des cartes existantes et de la qualité des sentiers et passages, le GPS apparaît plus comme un complément agréable et ludique . Sa fonction prend un caractère indispensable , lors de raids de plusieurs jours hors sentiers ; situation exceptionnelle sinon impossible en France métropolitaine.

Toutefois, la technologie mise en oeuvre est tellement 'magique' , son caractère high tech, et l'intérêt pour le randonneur de préparer ses sorties en font un outil extrèmement valorisant .